Barrière biologique

Mise en place d’une barrière biologique (composé d’urine et de fèces d’une autre meute de loup que celles identifiées sur le territoire) de 65 km sur un territoire où vivent 3 meutes de loups pour protéger un troupeau de 2 400 brebis impacté par la prédation, dans l’Idaho aux États-Unis.

Détail sur le protocole : Création de deux lignes de dépôts écartées de 100m avec dépôt d’échantillons de 3,0mL et 6,0mL d’urine espacés de 500m ou 750m et placés à 30,5cm de hauteur ou sur le sol + excréments placés tous les km+ marque de «grattage » tous les 2km. Renouvellement des dépôts tous les 10-14jours

Testé en 2010 et 2011 entre Juin et Juillet

3 juillet 2020

Cultures ou clôtures de piment

La mise en place de cultures tampin à base de piment ou de clôture de piment faites à l’aide de cordes de sisal imbibées d’huile moteur mélangée à du piment moulu (Capsicum spp.), ont le pouvoir de faire fuir les éléphants. Le principe actif contenu dans le piment, la capsaïcine, a le pouvoir d’irriter l’épithélium des cellules des mammifères en provoquant une sensation de brûlure. Il a été démontré par Chang’a et al. (2016) que les clôtures de piments découragent efficacement les pillages des cultures par les éléphants à l’échelle des fermes individuelles. Au cours des neuf années d’étude, les agriculteurs autour du parc national de Mikumi en Tanzanie ont construit ces clôtures autour des cultures en cours de maturation, et aucun incident de clôture brisée par des éléphants n’a été reporté.

27 mars 2020

Ruches d’abeilles

La clôture à abeilles est une simple barrière le long de laquelle sont disposées à intervalle régulier (10 m), des ruches suspendues à un câble. Son fonctionnement repose sur le constat que les éléphants ne s’approcheraient pas à moins de quatre mètres d’une ruche (King et al., 2009). Malgré l’épaisseur de leur peau, ils sont sensibles aux piqures sur la trompe ou près des yeux. De nombreuses études ont prouvé l’efficacité de cette méthode de dissuasion. En effet, par exemple, King et al. (2011), affirment que les clôtures de ruches peuvent être un outil utile pour dissuader les éléphants d’entrer dans les terres agricoles. L’analyse de 32 intrusions a démontré que les éléphants n’ont franchi qu’une seule fois les clôtures des ruches pour accéder aux cultures à l’intérieur et que les barrières d’acacias épineux n’offrent aucune défense contre de telles invasions. Les résultats positifs de cette étude soutiennent fortement l’installation de clôtures de ruches dans la boîte à outils actuelle de dissuasion des éléphants à tester à plus grande échelle. Non seulement ces clôtures peuvent dissuader les pachydermes, mais les abeilles fournissent aux agriculteurs du miel et d’autres produits à vendre, ce qui contribue à diversifier les revenus. S’il est combiné avec d’autres moyens de dissuasion, la combinaison des initiatives pourraient créer une barrière contre les éléphants efficace.

27 mars 2020

Barrière de sisal

Les barrières physiques naturelles composées de cactus et de sisal ont été testées au Mozambique pour éloigner les éléphants des parcelles agricoles, mais peu de publications scientifiques existent sur leur efficacité.

27 mars 2020
Afrikaans Arabic Bengali Catalan Chinese (Traditional) Czech Dutch English Finnish French German Greek Hindi Hungarian Indonesian Italian Kurdish (Kurmanji) Portuguese Russian Spanish Swahili