Cultures alternatives pour réduire dommage des éléphants

 · Partagé par : Albertinah Matsika
 · Dernières mises à jour : 22 mars 2022
Télécharger en PDF
Favorite Favorite
Arrow up

Ajouter cette initiative à mes favoris

Supprimer cette initiative de mes favoris

Icon

Description
de l'initiative

Icon
Icon

MISE EN PLACE,
UTILISATION ET ENTRETIEN

Icon
Icon

Pour aller
plus loin

Icon
Icon

Commentaires

Icon

Description
de l'initiative

Icon
Nom du leader
Tiroyaone Albertinah Matsika
Icon
Type d'entité
ONG
Icon
Date de début
12 octobre 2018
Icon
Assessment initiative
Evalué
Icon
Type d'initiative
Effarouchement gustatif
Effarouchement Olfactif
Effarouchement Tactile
Icon
Espèce animale sauvage
Éléphant
Icon
Enjeux
Culture agricole
Qualité de vie
Icon
Zone d'intervention
Botswana
Delta d'Okavango delta, enclaves orientales du Botswana

CONTEXTE

Le conflit homme-éléphant (CHE) est un problème complexe dans de nombreuses régions d'Afrique et d'Asie où les éléphants interagissent avec les humains. Le pillage des cultures est souvent la forme la plus répandue de CHE, dont les conséquences peuvent inclure l'insécurité alimentaire, la pauvreté (Gontse et al. 2018), la perte de moyens de subsistance, des blessures et parfois la mort (Mayberry 2015). Les agriculteurs adoptent une gamme de stratégies pour réduire les ravages des récoltes par les éléphants. Fait intéressant, les éléphants endommagent différemment les différents types de cultures, même lorsqu'ils sont cultivés dans les mêmes champs. Des études antérieures ont également montré que les éléphants se nourrissent de différentes parties de plantes ; généralement, ils ciblent les fruits plutôt que la composante végétative de la plante (Nyirenda et al. 2013).

Nous avons exploré le piment, l'arachide, le niébé et le carthame. Les piments contiennent de fortes concentrations de capsaïcine et ont été utilisés comme répulsifs efficaces contre les invasions d'éléphants dans les fermes (Nyirenda et al. 2013 ; Karidozo et Osborn 2015). L'utilisation de ces sous-produits de piment a été très réussie. Cependant, très peu d'études rapportent l'incorporation de cultures de piments vivants dans le système de culture réel. Ces essais ont également évalué l'efficacité du carthame (Carthamus tinctorius L.) comme moyen de dissuasion complémentaire au piment. Son inflorescence et ses feuilles épineuses (Emongor 2010) sont connues pour dissuader le bétail et la faune de taille moyenne et pourraient également avoir un effet dissuasif sur les éléphants. En plus du piment et du carthame, nous avons testé la "résilience éléphant" des cultures vivrières arachide (Arachis hypogaea L.) et niébé (Vigna unguiculata (L.) (Walp), qui peuvent être moins préférables aux éléphants en raison de leur sous-sol caché les gousses et la mauvaise visibilité des gousses, respectivement.

Emongor, V. (2010) « Carthame (Carthamus tinctorius L.) La culture sous-utilisée et négligée : Une revue », Asian Journal of Plant Sciences, 9(6), pp. 299–306.

Gontse, K., Mbaiwa, J.E. et Thakadu, O.T. (2018) « Effets des razzias de la faune sur les moyens de subsistance des agriculteurs de Khumaga, sous-district de Boteti, Botswana », Development Southern Africa, 35(6), pp. 791–802. doi : 10.1080/0376835X.2018.1495061.

Karidozo, M. et Osborn, F.V. (2015) « Essais d'atténuation des conflits basés sur la communauté : résultats des tests sur le terrain du piment comme moyen de dissuasion des éléphants », J Biodivers Endanger Species, 3(1). doi : 10.4172/2332-2543.1000144.

Mayberry, A. (2015) « Human dimensions of human-elephant conflict in Botswana: explore visible and hidden well-being impacts », (thèse de doctorat), Université de Guelph, Canada. p. 125.

Nyirenda, V., Myburgh, W. et Reilly, B. (2013) « Prédire les facteurs environnementaux influençant les ravages des cultures par les éléphants d'Afrique (Loxodonta africana) dans la vallée de Luangwa, dans l'est de la Zambie », African Journal of Environmental Science and Technology, 6( 10), p. 391–400. doi : 10.5897/.

DESCRIPTION

Le premier attrait des éléphants dans nos champs est les différentes cultures qui y sont cultivées, telles que le maïs, le sorgho, le millet, etc. du pillage des récoltes et de l'amélioration de la sécurité alimentaire des agriculteurs locaux tout en réduisant le CHE.

PRINCIPE

L'utilisation d'une sélection de cultures résistantes aux éléphants et de plans de culture soulage les agriculteurs des ravages des cultures par les éléphants. Notre initiative avait sélectionné le carthame, le piment, l'arachide et le niébé comme cultures résistantes aux éléphants sur la base d'études et de conclusions antérieures.

CONDITIONS DE SUCCÈS

Étant donné que de nombreux petits exploitants n'ont pas les moyens d'acheter des systèmes d'irrigation, de nombreux agriculteurs dépendent de l'alimentation pluviale. Par conséquent, les agriculteurs doivent planter suffisamment tôt pour bénéficier potentiellement des pluies.
Augmenter la superficie des cultures résilientes ou alternatives réduit l'intérêt des éléphants qui visitent votre ferme.
Les cultures alternatives peuvent avoir besoin d'être établies en pépinière en premier pour qu'elles survivent et poussent avec succès.


Avantages

  • - Les agriculteurs peuvent ensuite vendre les produits des cultures alternatives pour acheter de la farine de mil dans des zones non infestées d'éléphants ou chez des détaillants.
  • -
  • - Étant donné que les cultures alternatives ne sont pas préférées, les agriculteurs peuvent dormir ou se reposer la nuit au lieu d'être surveillés 24 heures sur 24.
  • -
  • - Protège et soutient les moyens de subsistance socio-économiques des petits exploitants agricoles

Désavantages

  • - Les agriculteurs doivent accéder à un marché, principalement pour des cultures inconnues telles que le carthame et le piment après la récolte, car ils ne peuvent pas en consommer tout ou partie.
  • - Cela les oblige à adopter désormais des cultures peu courantes dans leur cuisine traditionnelle puisqu'ils préfèrent davantage le mil et le maïs.
  • - Les agriculteurs réduisent la culture du mazie sous forme de millet car ils doivent cultiver des cultures dissuasives. Donc, s'ils ont une zone de culture limitée alors qu'avant ils ne cultivaient que du maïs et du mil, ils doivent maintenant cultiver dans la même zone les cultures dissuasives. Ainsi, moins d'espace pour le mil et le maïs donc moins de nourriture à manger et à vendre.
Icon
Icon

MISE EN PLACE,
UTILISATION ET ENTRETIEN

MISE EN PLACE

Icon
Main d’œuvre
4
Icon
Charge de travail
Toute la saison des pluies
Icon
Formation
Basique < or = 1 mois
Icon
Durée de formation
un mois
Icon
Coût moyen
-
Icon
Devise coût moyen
-

ÉTAPES MISE EN PLACE

Consultation avec les agriculteurs sur :
1. Qu'est-ce qu'ils ont recadré tout le long comme acquisition de données de base
2.leur réflexion sur les récoltes et les dégâts des éléphants sur les cultures qu'ils cultivent couramment
3. proposer des cultures nouvelles/alternatives présumées résistantes aux éléphants :
comprend, le chercheur et l'organisme de financement s'approvisionnent en semences/plants à utiliser
aider les agriculteurs à établir les exigences de plantation et les pratiques de gestion des cultures spécifiques
4.Surveillance et validation :
Observation et comptage des peuplements ou des cultures endommagées à chaque visite planifiée
comparer les dégâts, le rendement et la réponse de la culture lors de l'interaction avec l'éléphant
formuler des recommandations basées sur les résultats de l'expérience
5. répétez les étapes 2, 3 et 4 pour obtenir la satisfaction de l'agriculteur et introduire de nouvelles cultures selon la préférence des agriculteurs
6. Organisez un rachat facile des excédents de produits agricoles alternatifs auprès des agriculteurs. Cela leur donne l'option financière d'acheter davantage de leurs cultures préférées (maïs, mil, etc.) à d'autres agriculteurs qui ne souffrent pas de conflits excessifs avec les éléphants. Des organisations telles qu'Ecoexist, qui soutiennent l'élevage de sensibilisation aux éléphants, soutiennent et facilitent ces établissements de marché et l'approvisionnement et l'achat éco-incitatifs.
7. La participation active d'une diversité d'agriculteurs (âge, formation, statut social) et l'implication des agents de vulgarisation agricole sont essentielles pour la durabilité de la mesure d'atténuation.

EQUIPEMENTS

  • - Principalement les graines et les cultures sont cultivées dans leurs champs déjà existants

UTILISATION ET ENTRETIEN

Icon
Main d’œuvre
-
Icon
Charge de travail
-
Icon
Formation
-
Icon
Durée de formation
-
Icon
Coût moyen
-
Icon
Devise coût moyen
-
Icon
Période utilisation annuelle
-
Icon
Période utilisation quotidienne
-

ÉTAPES D'UTILISATION

-

EQUIPEMENTS

  • -
Icon
Icon

Pour aller
plus loin

Icon Contact -
Icon Liens internet
-
Icon Opportunités financement -

Icon Documentations
Alternative-crops-parchyderm.pdf TÉLÉCHARGEMENT

Cette initiative n'a pas encore de vidéo

Icon
Icon

Commentaires

  • This is an interesting way to prevent crop raiding!
    I have a clarification question, does this initiative entail that farmers completely change their crops from traditional crops such as maize and millet to the alternative crops that are used as deterrents?
    Or is it still possible to grow some traditional crops in the middle of an area while at the borders these alternative crops are grown? If this is indeed the case, is it known how wide this border with alternative crops ought to be – approximately? If this is not the case, would this be an option to explore (or perhaps it has been explored of course)?

    • HI Susan… Farmers don’t have to entirely change. They can explore different other arrangements which will allow them to still have a reasonable amount of their traditional crop by the end of the harvest. In our case…. we knew many farmers would still want to have maize/sorghum…. so you grow those and buffer them with a deterrent like chilli. Of which chilli buffered crops yielded significantly higher than non-buffered. In our experiments we did a 2m buffer belt around the crop. Sizes of farms/land available is also a challenge in our area because the Okavango Delta itself is tightly protected locally and international. Many farmers are only given 1-2ha. However, I want to believe that if you have a larger area, the greater the size of the buffer you put up… the more protected your crop will be.

      We even had thoughts of planting in belts…. like chilli on the outer periphery, followed by an inner belt of cowpeas, then an inner belt of groundnuts until the most important crop is the last in the center. You know time & resources limits us.

  • Edé Antoine Edé Antoine dit :

    Thanks for sharing your experience,
    I’m also interested in the questions above.
    In my opinion, the main difficulty about this solution is to switch livelihood fields to commercial crops and this implicates access to a market and knowledge of financial management. Have you been concerned by this problem? Or the crops selected where mostly consume and sell at direct proximity of the park?
    In Congo, the fields serve as a food reserve, indeed cassava is largely planted and communities are consuming it all over the year, taking what they need for their meal of the week. Removing this food storage would also create a food availability problem, did you face this type of issue?
    Thank you.

    • Very true Ede!!! especially in our cases of smallholers/subsistence farmers. In our case it was a good mixture… For example many of farmers have appreciated the efficacy of processed chili (crushed, greased, briquettes, chili bombs etc) in protecting their farms. So instead of them buying and processing chilli from retailers, they now had their own guaranteed supply locally. Otherwise, it is easy to trade off/sell groundnuts & cowpea as they commonly eaten in nearer localities. What we also appreciated was that it was a much better alternative of availing food. Firstly, if you have all millet or maize, there were higher chances that you might not even harvest a thing. Then you face no food and no money to even source food for the whole season. Rather, if you had groundnut, cowpeas and chilli, you could harvest and exchange these alternatives for cereals from nearer farmers who are not impacted much by elephants.

Afrikaans Arabic Bengali Catalan Chinese (Traditional) Czech Dutch English Esperanto Finnish French German Greek Hindi Hungarian Indonesian Italian Kurdish (Kurmanji) Portuguese Russian Spanish Swahili