CONTACT

DON

Foxlight – Lumière clignotante d’effarouchement

Développées initialement pour protéger les volailles des renards, l’utilisation des lumières clignotantes a ensuite été utilisé face à différents prédateurs : au Népal pour limiter la prédation liée à la panthère des neiges, en Afrique contre les attaques de guépards ou encore en France contre le loup.

Le dispositif émet des flashs de lumière de manière aléatoire avec un changement automatique de couleurs (9 leds blanches et bleues) et se déclenche à la tombée de la nuit grâce à un détecteur de lumière intégré. La lumière est projetée à 360° et peut être vue jusqu’à 1 km.
Un ou plusieurs boîtiers sont disposés autour des troupeaux où il y a un risque d’attaque.

En France, le système a été testé en France sur plusieurs alpages :
– Dans les Alpes-de Haute-Provence et les Hautes-Alpes : 3 foxlight installés à proximité (10-25m) d’un parc de nuit de 1 700 brebis
– En Lorraine : 4 foxlight sur un terrain de 1 ha (Comm. Pers. P. Boffy, 2017),
– Dans les Vosges : 4 à 5 appareils sur 5ha,
– Dans le Var sur des troupeaux de 300 à 600 bêtes.

A installer sur un piquet, un arbre ou un fil :
– sur des surfaces clôturées, dans des endroits exposés et visibles
– en combinaison avec d’autres dispositifs
– en prévention, plutôt qu’à la suite à une attaque
– de manière périodique.

Inconvénients associés au dispositif :
– A utiliser de manière temporaire et changer régulièrement d’emplacement
– Moins adapté pour des grandes surfaces et quand la topographie est marquée
– Susceptible de déranger la faune sauvage

24 juin 2020

Proxyloup – Carte collaborative Alerte Présence Prédateurs

Cet outil cartographique permet de signaler la présence d’un prédateur à tous les responsables de troupeaux situés dans les environs.
Fonctionnement :
– l’observateur place un indice de présence sur la carte
– Il choisi la zone à couvrir pour lancer l’alerte
– Tous les éleveurs présents dans le périmètre reçoivent une notification (email, SMS…)
– Chaque éleveur peut ensuite consulter l’alerte sur la carte

18 juin 2020

Daphnis – Collier de protection pour moutons

Projet initié en 2011, dans les cantons de Vaud et du Valais (Suisse). Il se décompose en deux volets :
– La conception du système de détection des attaques ;
– La composition du répulsif & des phéromones d’alarme, le choix du stimulus discriminant.

Ce nouvel outil, en cours de conception, se présente sous la forme d’un collier, porté en permanence par plusieurs brebis du troupeau, capable de détecter une attaque et d’émettre un répulsif spécifique.

Une fois le dispositif positionné sur la brebis, tous les mouvements sortant de l’ordinaire sont détectés par des accéléromètres qui déclencheront si nécessaire l’émission d’un répulsif puissant, très irritant mais non létal, additionné de phéromones d’alarme synthétisées visant à renforcer la puissance du signal.

18 juin 2020

CanOvis – Comprendre les interactions entre loups, chiens de protection et le troupeau

Ce programme se donne pour objectif ultime d’améliorer la « qualité » des chiens de protection (sélection, éducation, comportement), de reconnaître les paramètres et situations qui influencent leur efficacité à la protection (pratiques pastorales, équipements, utilisation de l’espace…) et d’aider ainsi à ajuster les stratégies de prévention et optimiser les systèmes de protection dans leur ensemble.

Différentes expérimentations ont pu être menées au cours de la période 2013-2015, notamment sur le Parc national du Mercantour (Alpes-Maritimes, 06) et le site militaire et plateau de Canjuers (Var, 83). Quelques premiers résultats ont été valorisés et publiés. Plus de 161 nuits d’observations filmées par imagerie thermique ont été effectuées sur trois saisons optimales d’attaque des troupeaux. Il ressort déjà que le comportement des chiens face au loup est bien plus complexe qu’il était envisagé. En effet, s’ils démontrent de manière certaine qu’ils perturbent les attaques de loups jusqu’à les empêcher, il semblerait aussi révéler que toutes les interactions ne soient pas conflictuelles entre les deux espèces. Pour exemple, dans une même séquence d’images, un chien peut repousser un loup en situation d’attaque et être insistant puis le laisser accéder à une carcasse à proximité du parc, seulement une heure plus tard. Il s’agira une autre fois de loup mâle interagissant avec une chienne ayant ses chaleurs ou encore d’un loup subadulte en quête de jeux auprès de chiens.

18 juin 2020

Chien de protection Kangal

Le Kangal ou berger d’Anatolie est une race de chien d’origine Turque. Il a été utilisé depuis des millénaires comme chien de protection pendant la transhumance de bétail. C’est une race musculaire, puissante, avec une grande tête et un corps robuste. Le mâle mesure entre 80 et 100 cm au garrot et pèse entre 70 et 90 kg. Son physique n’est pas son seul atout face aux prédateurs. En plus d’être fort et rapide (capable de faire des pointes jusqu’à 70 km/h), c’est un chien particulièrement indépendant, responsable de la garde et capables d’effectuer les tâches eux-mêmes, sans aide humaine. Il est parfaitement capable de s’adapter à plusieurs climats ; chaud comme rigoureux. Ils sont très protecteurs et attaché à leur troupeau, qu’il soit de
chèvres, de vaches ou de moutons. Il avertira en cas de danger où de la présence d’un prédateur ce qui permet au berger qui l’accompagne de pouvoir agir. Le Kangal aboie peu et surtout à bon escient. Ces caractéristiques, génétiques, morphologiques et comportementales, font de lui de lui un atout indispensable. Il a ainsi été exporté depuis la moitié du 20ième dans différentes régions du monde afin de protéger le bétail face à des grands carnivores. Il est ainsi aujourd’hui utilisé en Namibie face aux guépards, en France et aux Etats-Unis face aux ours et loups, et depuis peu en Guyane française face aux jaguars et pumas.

5 juin 2020

Programme de soutien pour les agriculteurs

Pour faciliter la viabilité à long terme de cette mesure, les ONGs grecques ont lancé un vaste processus de consultation et de négociation avec les autorités nationales compétentes, principalement le ministère du Développement rural et de l’Alimentation, afin que le soutien financier à la mesure soit inclus dans le programme grec de développement rural (RDP).
Dans le cadre de leurs programmes de développement rural, les États membres ou les régions de l’Union européenne mettent à disposition des agriculteurs des fonds publics supplémentaires au système de paiements directs. Au moins 30% du financement de chaque RDP doit être consacré à des mesures pertinentes pour l’environnement et le changement climatique.
L’inclusion de mesures de prévention des dommages dans le PDR grec est le résultat de ces initiatives. Les intervenants concernés par ces mesures de prévention étaient les apiculteurs, les agriculteurs et les éleveurs.
Pour la première fois, une mesure concernant les clôtures électriques pour les ruchers et les bergeries a été incluse dans le PDR national de la Grèce au cours de la période de programmation 2000-2006, qui prévoyait un soutien financier pour l’achat et l’installation de clôtures électriques par les producteurs locaux. Une mesure préventive similaire a été incluse dans la prochaine période de programmation du PDR entre 2007 et 2013.

17 décembre 2019

Réseau national technique sur les chiens de protection

Pour accompagner les éleveurs et bergers et leur donner les clés pour réussir l’introduction d’un chien de protection dans leur troupeau et son utilisation au quotidien, un réseau national technique sur les chiens de protection a été mis en place.
Il a pour objectif de diffuser les savoirs et savoir-faire en matière d’utilisation de chiens de protection. La diffusion de ces connaissances passe par de la formation collective et de l’accompagnement individuel, réalisé à la demande de l’éleveur sur son exploitation.

26 octobre 2019

Salviamo l’Orso – Valeur ajoutée pour les apiculteurs par le don d’abeilles endémiques

L’ours brun marsicain (Ursus arctos marsicanus) et l’abeille à miel italienne (Apis mellifera ligustica) sont menacés par l’altération des écosystèmes causée par l’homme. Si l’ours est en danger critique d’extinction et au bord de l’extinction, les abeilles ne sont pas non plus en sécurité. La finalité de cette initiative est ainsi d’améliorer la biodiversité des écosystèmes tout en augmentant les sources de nourriture de l’ours brun marsican grâce à des insectes pollinisateurs tels que les abeilles mellifères italiennes qui remplaceraient les essaims non endémiques.

Un autre objectif important du projet est de réduire les conflits Homme – Ours menant à la destruction potentielle de la petite population d’ours marsicains du centre de l’Italie par le braconnage (l’abattage n’est pas une option légale). En favorisant la coopération avec les apiculteurs, ce projet vise à sensibiliser les apiculteurs à la nécessité de protéger leurs fermes et de voir l’ours comme une valeur promotionnelle ajoutée, au lieu d’un concurrent.

Le financement, assuré par l’ONG Salviamo l’Orso, sert à acheter et à donner des essaims d’abeilles indigènes, des ruches et des clôtures électriques aux apiculteurs locaux qui ont subi des dommages causés par les ours, afin de prévenir et de réduire les pertes futures causées par les ours. Le miel produit par ces ruches contribuera également à compenser la perte de production. L’apiculteur conserve 60% du miel produit grâce aux ruches données, tandis que le reste est collecté par l’ONG et vendu localement sous forme de miel respectueux des ours, afin de sensibiliser le public à ce problème et de promouvoir une production de miel durable.

Ce projet est mené par une ONG locale (Salviamo l’Orso) en collaboration avec des scientifiques, financé par des subventions de Patagonia (www.patagonia.com) et Tides (www.tides.com). Le projet a commencé en 2016 et se poursuit jusqu’à ce jour (2019).

20 septembre 2019

Le Patou ne fait pas tout

L’étude appliquée « Le Patou ne fait pas tout » (moyen de protection non intrinsèquement miraculeux), propose d’objectiver les observations empiriques des éleveurs et de déterminer des critères fiables permettant d’anticiper le comportement du futur adulte.

15 septembre 2019

Système de protection déchets

Amélioration des systèmes de gestion des aliments et des déchets dans les zones qui ont récemment rencontré des problèmes avec les ours habitués et conditionnés par les humains, et montrant quelles autres mesures pratiques peuvent être prises pour décourager les ours de visiter les hôtels, les campings et les chalets.

2 septembre 2019
Afrikaans Arabic Bengali Catalan Chinese (Traditional) Czech Dutch Finnish French German Greek Hindi Hungarian Indonesian Italian Kurdish (Kurmanji) Portuguese Russian Spanish Swahili